Cabinet d'Ophtalmologie des Dr Giry et Dr de Bosredon , Ophtalmologues à Bordeaux Rive Droite

Chirurgie laser de la vision : quand le savoir dissipe l'appréhension

Généralisée depuis la fin des années 80, la chirurgie au laser Excimer a prouvé son efficacité et sa fiabilité dans le temps, aussi bien avec la technique de surface (PKR, Photo-Kératectomie Réfractive) qu’avec la technique lamellaire (LASIK, Laser In Situ Keratomileusis).

Ces résultats sont liés aux progrès réalisés dans la conception des micro-instruments chirurgicaux, en particulier à l’extrême précision du laser Excimer (de l’ordre du quart de micron). Il permet la correction d’une gamme de myopie et d’hypermétropie plus importante, tout en assurant une récupération visuelle plus rapide, quasi immédiate, sans l’inconfort transitoire imputable à la PKR.

Pratiquée en PKR ou en LASIK, la chirurgie réfractive au laser Excimer a une très grande efficacité supérieure à 90% pour la plupart des myopies, astigmatismes ou hypermétropies traités. Ce taux élevé d’efficacité et l’indice de satisfaction des patients traités témoignent de sa qualité, lorsque les indications opératoires sont respectées.

LASIK ou PKR : Quelle technique est la plus adaptée ?

Le choix s’effectue entre technique avec découpe de capot (LASIK) et technique sans découpe de capot (PKR). Jusqu’à -7 dioptries de correction, il n’y a pas de différence entre l’efficacité de ces techniques. Au-delà, il y a moins de risque de sous-correction en LASIK.

Votre chirurgien saura déterminer quelle option opératoire est la mieux adaptée à la spécificité de votre cas. La sécurité est le paramètre clé de ce choix, en se fondant sur des critères à long terme.

Au décours de plusieurs consultations (2 minimum) seront évaluées :

  • Réfraction après brouillard, puis lors d'un deuxième rendez-vous sous cycloplégie (pupilles dilatées, venir accompagné(e))
  • Pupillométrie afin de déterminer la zone de traitement à réaliser pour obtenir la meilleure qualité de vision
  • Topographie cornéenne Scheimplflug + Placido
  • OCT, avec mapping épithélial permettant une sécurité accrue
  • Pachymétrie cornéenne
  • Analyse aberrométrique
  • Analyse du film lacrymal et des glandes de Meibomium pour dépister une sécheresse oculaire pré-existante

 

Cette technique est la plus pratiquée en chirurgie réfractive. Son nom vient d’un acronyme de « Laser in Situ Keratomileusis », des mots grecs «cornée», «former» et «au sein de» : « sculpture de la cornée effectuée en son sein ».

Elle consiste en une utilisation du laser Excimer pour remodeler la cornée dans son épaisseur par une modification de la géométrie cornéenne accompagnée d’une découpe lamellaire et ainsi corriger la vue d’un large éventail de myopes, hypermétropes et astigmates. La cornée est un tissu transparent constitué de deux couches principales : le stroma et l’épithélium. La régularité de la couche épithéliale permet au film lacrymal de bien s’étaler à la surface de la cornée. Le stroma constitue environ 90% de l’épaisseur du mur cornéen. Il est constitué de lamelles de collagène qui donnent au tissu cornéen sa forme galbée, sa résistance et sa transparence.

La technique du LASIK comporte 3 étapes :

1 - La découpe puis le soulèvement d’un volet cornéen superficiel

2 - La sculpture du tissu cornéen par le laser Excimer sous le volet

3 - La repose du volet sur le tissu cornéen remodelé.

Grâce à la sculpture laser, la cornée adopte une nouvelle courbure : ce changement modifie sa capacité optique et corrige le défaut de l’oeil. Ce bénéfice est stable dans le temps, une fois les phénomènes de cicatrisation révolus (en général au bout de 3 mois).

Cette technique était la plus pratiquée au début des années 90 et demeure la plus simple sur le plan technique. Elle consiste à remodeler la surface de la cornée après avoir enlevé l’épithélium cornéen (l’équivalent de l’épiderme de la cornée).

La PKR (PhotoKératectomie à visée Réfractive) repose sur un principe similaire au LASIK, les deux procédés utilisant un laser Excimer pour remodeler la cornée.

Sa dernière évolution est la Trans-PKR, où l'épithélium est retiré par le laser Excimer. Il s'agit d'une chirurgie "tout laser", sans aucun contact manuel avec l'oeil.

Tandis que le LASIK préserve la couche épithéliale superficielle, qui n’est pas exposée au faisceau du laser en raison du volet découpé puis récliné, la PKR procède par un pelage de l’épithélium (grâce au laser dans la Trans-PKR, ou manuel en PKR classique) après administration de gouttes anesthésiques : le faisceau du laser Excimer est projeté sur la surface cornéenne dénudée pour sculpter le tissu cornéen stromal superficiel.

La PKR se caractérise par une guérison plus lente et douloureuse que le LASIK, car il faut attendre quelques jours que la couche épithéliale se reconstitue et se régularise à la surface de la cornée. L’intervention est indolore mais une sensation de gêne ou de brûlure survient dans les heures qui la suivent (elle dure en général 24h).

La plupart des chirurgiens recouvrent la surface de l’oeil avec une lentille de contact spéciale à la fin de l’intervention ce qui permet, en plus de la prise d’antalgiques, de rendre la douleur post-opératoire tout à fait supportable. La lentille de contact est gardée quelques jours avant retrait.

Implant Phake ICL

Dans certains cas, le LASIK ou la PKR ne peuvent être proposés pour corriger certains défauts visuels, notamment en cas de :

  1. Cornée fine
  2. Suspicion de kératocône frustre
  3. Oeil sec sans amélioration malgré un traitement bien conduit
  4. Amétropie forte, à pondérer par l'épaisseur et par la courbure cornéenne pré-opératoire :
  • Myopie >  -8 D
  • Hypermétropie forte > +6 D
  • Astigmatisme fort > 6 D

Ce type d'opération consiste à introduire dans l'œil une lentille réfractive de type ICL, Artiflex ou Artisan, de puissance adaptée destinée à modifier le trajet des rayons lumineux pour corriger le ou les défauts de vision.. Elle est réservée à la correction des fortes myopies et des fortes hypermétropies pures ou associées à un astigmatisme.

Cette lentille est positionnée soit devant l'iris, soit devant le cristallin. Des mesures précises de la taille de l'oeil doivent être réalisées afin de déterminer la taille adéquate de la lentille qui est fabriquée sur-mesure.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib